Est-il sécuritaire d'utiliser une cigarette électronique?

e-liquide
cigarette-électronique
sécuritaire
recherche-scientifique
santé

#1

La technologie derrière les vaporisateurs électroniques, plus couramment utilisé comme une cigarette électronique, consiste à chauffer un liquide sans ou avec nicotine jusqu’à ce qu’il s’évapore, créant de la vapeur aromatisée. Les ingrédients principaux dans le E-liquides sont la glycérine végétale de qualité alimentaire, l’arôme, de l’eau distillée, le propylène glycol et parfois de la nicotine. Nous connaissons l’effet à long terme de chacun de ces divers ingrédients dans notre corps, mais nous n’avons pas étudié leur effet à long terme ensemble (au-delà des 12 années où ils ont existé.)

La recherche scientifique sur les avantages et les risques des cigarettes électroniques s’accumule, mais elle est encore limitée comme prévu, car ces dispositifs sont commercialisés que depuis moins de deux décennies.

Une partie de cette recherche a récemment été résumée et soumise à Santé Canada par notre conseiller médical en chef, le Dr. Gopal Bhatnagar.

Voici quelques extraits de la recherche et des avis de documents récemment publiés qui peuvent vous aider à répondre à votre question sur la sécurité des cigarettes électroniques. Vous pouvez cliquer sur le lien de référence pour voir plus de détails et documents / pièces originales.

Regarder à travers la brume: examen systématique de ce que la chimie des contaminants dans les cigarettes électroniques nous dit sur les risques pour la santé.

Conclusion: L’état actuel des connaissances sur la chimie des liquides et des aérosols associées aux cigarettes électroniques indiquent qu’il n’y a aucune preuve que le vapotage produit des contaminants de l’aérosol inhalé qui justifieraient des problèmes de santé, selon les normes utilisées pour assurer la sécurité des lieux de travail.

“Sommaire: les cigarettes électroniques sont un développement récent de la réduction des méfaits du tabac. Ils sont commercialisés comme des alternatives moins dangereuses au tabagisme. La prise de conscience et l’utilisation de ces dispositifs a augmenté de façon exponentielle ces dernières années, avec des millions de personnes qui les utilisent présentemment. Cet examen systématique évalue les recherches en laboratoire et clinique existantes sur les risques potentiels liés à l’utilisation de cigarettes électronique, par rapport aux effets dévastateurs bien établis du tabagisme. Présentement, la preuve disponible indique que les cigarettes électroniques sont, de loin, une alternative moins dangereuses au tabagisme et des bénéfices significatifs pour la santé sont attendus chez les fumeurs qui passent du tabac aux cigarettes électroniques. La recherche aidera à rendre les cigarettes électroniques plus efficace en tant que produits de remplacement pour le tabac et permettra de mieux définir et de réduire davantage les risques résiduels de l’utilisation aussi peu que possible, en établissant un contrôle et des normes de qualité appropriées.

Farsalinos K. et Polosa R. (2014). Évaluation de la sécurité et évaluation des risques des cigarettes électroniques en tant que substituts de cigarette au tabac: une revue systématique. Sage Journals: avances thérapeutiques dans la sécurité des médicaments. 5 (2), 67-86

Effet à long terme de la nicotine inhalée
“Un extrait sommaire: nous n’avons pas trouvé d’augmentation dans le taux de mortalité, de l’athérosclérose ou de la fréquence des tumeurs chez ces rats par rapport aux contrôles. En particulier, il n’y avait pas de tumeur pulmonaire microscopique ou macroscopique ni aucune augmentation des cellules neuroendocrines pulmonaires. Cependant, tout au long de l’étude, le poids corporels des rats exposés à la nicotine a été réduit par rapport aux contrôles. En conclusion, notre étude n’indique aucun effet néfaste de la nicotine lorsqu’elle est administrée sous sa forme pure par inhalation.

Département de la médecine, hôpital universitaire, Tronheim, Norvège. Waldum HL, Nilsen OG, Nilsen T, Rørvik H, Syversen V, Sanvik AK, Haugen OA, Torp SH, Brenna E.


“Bien que de nombreuses cigarettes électroniques soient conçues pour ressembler à des cigarettes régulières, Tindle et Strauss ont déclaré qu’elles ne reproduisent pas exactement l’expérience de fumer, en particulier, ce qui concerne comment la nicotine est livrée. La plupart de la nicotine dans les cigarettes électroniques pénètre dans la circulation sanguine à travers les tissus mous de joues (muqueuse buccale) au lieu de traverser vos poumons, comme avec une cigarette traditionnelle à tabac. “La nicotine d’une cigarette ordinaire arrive au cerveau beaucoup plus rapidement, ce qui les rend plus addictif et satisfaisant,” dit Strauss.”

Cigarettes électronique: Séparer la fiction des faits.


Le Dr. Michael Siegel est professeur dans le département des sciences de la santé communautaire à l’école de santé publique de l’université de Boston.


“Conclusions: pour tous les sous-produits mesurés, les cigarettes électroniques produisent de très petites expositions par rapport aux cigarettes de tabac. L’étude n’indique aucun risque apparent pour la santé humaine venant des émissions de cigarettes électroniques basées sur les composés analysés.

McAuley T., Hopke P., Zhao J. et Babaian S. (2012). Comparaison des effets de la vapeur des cigarettes électroniques et de la fumée de cigarette sur la qualité de l’air intérieur. Toxicologie par inhalation. 24 (12). 850-857

“ Le fait de ne pas faire la distinction entre la nicotine et la fumée mène la société à manquer une grande opportunitée pour résoudre les problèmes apparemment insolubles associés à la cigarette. L’approche “arrêt ou meurt” est contraire à l’éthique. C’est semblable à penser que n’importe qui qui a conduit une voiture dans les années 1960, lorsqu’il y avait des normes de sécurité beaucoup moins strictes, devait renoncer totalement à la conduite, plutôt que d’avoir un accès facile à des produits alternatifs, potentiellement moins risqués…Si ça se fait bien, pourrions avoir une auto-financement de la révolution de la santé publique, avec le potentiel de sauver des milliards de dollars de systèmes de soins de santé en réduisant la prévalence des maladies causées par l’inhalation de fumée.”

Selby, Sweanor et Hughes: les cigarettes électroniques pourraient sauver le gouvernement des milliards de dollars


“Résultats: L’étude a montré que les cigarettes électroniques sont une source d’exposition secondaire à la nicotine (si présent) mais pas aux toxiques de la combustion. Les concentrations atmosphériques de nicotine émises par diverses marques de cigarette électroniques varient de 0.82 à 6.23 µg/m3. La concentration moyenne de nicotine résultant de la consommation de cigarettes à tabac était 10 fois plus supérieure à celle des cigarettes électroniques. (31.60±6.91 vs. 3.32±2.49 µg/m3, respectively; p=.0081)."

[Recherche sur la nicotine et le tabac, en-ligne 11 Décembre 2013] (https://academic.oup.com/ntr/article-abstract/16/6/655/1105301/Secondhand-Exposure-to-Vapors-From-Electronic)

‘Lauren Odum, pharmacienne de l’université du Missouri à Kansas City, a publié récemment une revue de la littérature scientifique sur l’utilisation de cigarette électronique pour arrêter de fumer. “Nous avons eu beaucoup de preuves anecdotiques de la part des patients disant que cela est très utile, mais ce sont surtout des enquêtes et les données sont faussées, car les personnes ayant une expérience positive sont plus susceptibles de nous faire un rapport”, dit-elle. Odum travaille dans une clinique de cessation tabagique et dit que les patients lui ont dit que les cigarettes électroniques les ont aidés arrêter ou à réduire les cigarettes régulières. “L’une des raisons pour lesquelles les gens aiment, c’est qu’ils n’ont pas à arrêter l’habitude de fumer”, dit-elle. “Ils ont toujours le mouvement main à bouche et ils obtiennent toujours la nicotine qui est la composante addictif.”’

Une rédaction, récemment publié en Nouvelle-Zélande de 657 fumeurs, a conclu qu’un “modeste” de 7.3% des consommateurs de cigarette à la nicotine avaient cessé de fumer après six mois, comparativement à 5.8% en utilisant un tampon de nicotine et 4.1% en utilisant une cigarette électronique sans nicotine.

Réduction des méfaits de la dépendance à la nicotine: aider les personnes qui ne peuvent pas quitter. Royal College of Physicians of London. Octobre 2007.

Ce rapport RCP met l’accent sur les stratégies de réduction des méfaits pour protéger les fumeurs. Le rapport démontre que les fumeurs fument principalement pour la nicotine, que la nicotine elle-même n’est pas particulièrement dangereuse et que si la nicotine pourrait être fournis sous une forme acceptable et efficace en tant que substitut de cigarette, des millions de vies pourraient être sauvegardées. Le rapport soutient également que les systèmes de réglementation qui régissent présentemment les produits de la nicotine dans la plupart des pays découragent activement le développement, le marketing et la promotion de produits de nicotine nettement plus sûrs pour les fumeurs.

  • Groupe consultatif sur le tabac du Collège royal des médecins

Réduction des méfaits du tabac: comment une politique publique rationnelle pourrait transformer une pandémie, Journal International de la Politique Anti-drogue (2007), doi: 10.1016/j.drugpo.2006.11.013

La nicotine, aux niveaux de doses recherchés par les fumeurs, est un médicament relativement inoffensif communément livré par un appareil extrêmement dangereux, la fumée de cigarette. Une pandémie croissante de la maladie causée ou exacerbée par le tabagisme exige des réponses politiquesplus efficaces que celles actuelles: exigeant que les utilisateurs de nicotine s’abstiennent. Une réponse pragmatique au problème du tabagisme est bloquée par des campagnes moralistes masquées comme la santé publique, par les divisions au sein de la communauté des opposants à la politique actuelle et par l’antipathie des professions de la santé publique à tout effort de lutte contre le tabagisme autre que l’abandon du tabagisme. Pourtant, il existe de nombreux systèmes alternatifs pour la distribution de la nicotine et beaucoup sont plus sûrs que de fumer. Une approche pragmatique et de santé publique pour lutter contre le tabac reconnaîtrait un continuum de risque et encouragerait les utilisateurs de nicotine à se déplacer dans le spectre des risques en choisissant des solutions de rechange plus sûres au tabagisme? Sans exiger de l’abstinence.
Sweanor, D., et al


9 Choses à savoir avant de commencer à vapoter